Historique

vue aérienne de Tignieu-Jameyzieu, début du XXe siècle. vue aérienne de Tignieu-Jameyzieu, début du XXe siècle.

L'origine du nom de Tignieu-Jameyzieu

Pendant la période de zéro à 500 ans après Jésus Christ la "paix romaine" permit le développement de l'agriculture, et entraîna l'implantation de nombreux domaines agricoles. Pour désigner ceux-ci on ajouta au nom du chef de famille le suffixe gaulois ACO romanisé en - ACUM, ANUM, suffixe qui curieusement évolua dans notre région en IEU.
Une hypothèse fait dériver Tignieu du nom d'un ancien romain Tennius, maître des lieux.
Jameyzieu viendrait de James qui est lui-même une transformation de Jacob ou de Jacques, peut-être du nom d'un ancien propriétaire nommé Jacobus. Danzat pense plutôt au nom gaulois de Gematius.
Une autre origine possible serait le mot TIGNE mot qui signifierait forêt le pays n'était alors qu'un fouillis de bois et de marécages. D'autres voient dans ce nom le souvenir d'ateliers de grands cuviers en bois appelés tine, servant à faire fermenter la vendange ou à transporter le raisin de la vigne au pressoir. 
Les habitants de Tignieu-Jameyzieu sont appelés les Tignolands.
 

Création de la commune

L'existence de Tignieu en 1311 est attestée par un acte selon lequel le 20 juin, Guichard « Textoris » cède au dauphin une pièce de terre sise dans la paroisse. En 1458, Tignieu et Jameyzieu étaient différenciées : l'une ayant 24 familles soumises à l'impôt et l'autre 12 .
Il en était de même en 1696. Tignieu comptant 208 familles et Jameyzieu 36 familles. 
Il faut attendre 1840 pour voir ces deux communes s'unir. 
Ce qui est aujourd'hui Pont de Chéruy avait le désavantage d'être partagé entre deux cantons : La rive droite de la Bourbre dépendait de la commune de Tignieu canton de Crémieu, la rive gauche de celle de Pont de Chéruy canton de Meyzieu.
En 1867, Pont de Chéruy devenait autonome, mais s'agrandit aux dépens de Tignieu, de Charvieu, et de Chavanoz.

image

Commune entre deux eaux :

La commune est bordée par les deux rivières de la Bourbre et de la Girine. Entre Tignieu et Jameyzieu s'étendais un marais autrefois impraticable et peuplé de sangsues. C'est un village de plaine (207 m. en moyenne) que domine la colline où s'est installé le village de Tignieu (236 m. point culminant).